//ça tchatche! / anticodes

Publié le par l'homnivore singulière

Cette édition encore, il y a les fameux projets participatifs des Subs. Mais ça veut dire quoi? 
Un projet participatif, concrètement, c'est un projet qui se monte en amont, qui est là pour créer du lien entre les gens eux-mêmes et entre le public et les artistes. Créer du  lien mais aussi remettre en question, partager. C'est tout l'enjeu de la BUL, Brigade Urgence Langues. Ce très beau projet monté par les Subsistances a permis la rencontre d'élèves primo-arrivants et/ou non francophones et leur a permis d'enseigner, de partager leur langue et leur culture avec d'autres élèves, les collègiens d'Henri-Barbusse, à Vaulx-en-Velin.
Pendant ça tchatche!, il y aura aussi les cours de langues minutes: en 30 minutes, découvrez plus d'une quarantaine de langues et de cultures... et ça, ça se passe les 26-27-28 mars aux Subs et c'est gratuit.

Vous vous souvenez peut être de la rencontre d'habitants pluri-linguistiques de la guillotière et de Joachim latarjet pour un projet autour de ces chansons, de ces ritournelles qui nous suivent? Et bien ce projet, "my way" a continué son chemin et a incité la compagnie à creuser le sujet... vous pourrez ainsi voir la création pendant ces quelques jours aux subs:  "My way2"

Ah, tant de choses à dire encore sur ces projets participatifs, tout aussi passionants que les spectacles. Mais si vous allez voir un spectacle, vous aurez ainsi la surprise d'avoir en préambule une séquence théâtrale. 'Où les coeurs', Haut les coeurs, où les choeurs, lisez et comprenez tout ça à la fois. Courts impromptus écrits par Lancelot Hamelin et une dizaine de comédiens amateurs, ces séquences vont mèneront sur le chemin de leurs origines, sans prétention.

Voici quelques photos (floues!) de la dizaine de comédiens amateurs et des deux comédiens professionels qui prennent part à "Où les coeurs" 

ca-tchatche 5175©l'homnivore singulière 


ca-tchatche 5174©l'homnivore singulière 


ca-tchatche 5178©l'homnivore singulière 

 

 

Publié dans spectacle vivant

Commenter cet article